Demoslogan
fren   Blog   Liens

Les Tamang

Ils représentent 5,5% de la population du Népal, soit +/- 1 500 000 habitants. Les Tamang forment la 2ème ethnie la plus importante (après les Magar), et demeurée très pauvre.

Étymologie du nom Tamang

sTa-/cheval et –mang/vendeur peuvent aussi bien signifier “marchand de chevaux” que “cavalier”.

Ils sont aussi nommés, par les autres népalais, Bhote (origines tibétaines), Mulmi (le nom de leur chef de village), Lama (appartenance au bouddhisme tibétain) et Kagate (beaucoup produisent du papier dit ‘’népalais’’ à base de Lokta ou daphne bholua).

Répartition géographique des Tamang

Ils vivent principalement dans les collines entourant la vallée de Katmandou (Dhading, Nuwakot, Rasuwa, Sindhupalchowk, Dolakha, Ramechhap, Kabhre Palanchowk, Makwanpur), mais aussi dans l’Est du pays (Ramechhap, Okhaldhunga, Khotang, Bhojpur, Sankuwasabbha, Tehratum, Udaypur, Taplejung), et dans le Terai (à partir de Chitwan et vers l’Est), résultat d’une migration récente.

Analyse et répartition linguistique

Cette langue fait partie de la famille des langues tibéto-birmanes. Les Tamang sont 88% à parler leur langue maternelle (1 370 000, soit 4.89% de la pop.), qui se subdivise en plusieurs dialectes dont les aires géographiques s’établissent comme telles:

  • Tamang de l’Est (Zone de Janakpur, Est de Sindhupalchowk, parlé dans les districts de Ramechhap, Dolakha et l’Est Tamang de l’Est de Gorkha
  • Tamang du Nord Est (Zone de Bagmati, district de Nuwakot et Est de Dhading)
  • Tamang du Sud Ouest (Zone de Narayani, districts de Makwanpur et Chitwan)
  • Tamang de l’Ouest (Zone de Bagmati, districts de Rasuwa, Dhading, la partie occidentale du district de Nuwakot et la région orientale de Gorkha)

Célébration des grandes étapes de la vie

Naissance :

Mariage :

Les mariages sont généralement arrangés et préférés entre cousins mais ne connaissent pas la polyandrie. Les mariages inter-clans, bien qu’étant acceptés, restent considérés inférieurs.

Funérailles :

Les funérailles, par crémation, ont généralement lieu sur le haut des collines, et les cendres sont enfermées en partie dans un Chörten, en partie jetées au vent ou dans une rivière.

Leurs grandes fêtes sont entre autre,

A l’occasion des fêtes importantes du début du solstice d’été (mi-janv) et de la pleine lune d’août pendant lesquelles ils se réunissent le long des rivières et lacs afin d’initier les jeunes Lambu et Bömpo, Les Tamang pratiquent des sacrifices d’animaux.

Structure religieuse et sociale des Tamang

Leur société égalitaire, au contact des hindous, s’est dotée d’un clan des 12, considéré supérieur et d’un clan des 18, inférieur, ainsi que de la strate des moines (qui peuvent créer une famille puisque appartenant à la secte des Nyingmapa).

Comme les Gurung, dont la langue est proche, ils suivent le calendrier tibétain, cycle de 12 ans.

Trois sortes de prêtres officient chez les Tamang :

  • Le Lambu, représentant de la tradition tribale et traitant avec les esprits et les rituels ancestraux.
  • Le Bompo, détenteur de l’ancienne religion du Tibet, il exorcise les mauvais esprits et invoque les déités locales.
  • Le Lama, le moine bouddhiste du village.

Les Tamang érigent fréquemment des monuments votifs et propitiatoires bouddhistes afin d’amasser des mérites, du bon Karma :

  • des Chörten, le long des chemins et au sommet des collines,
  • des Mani Dong (murs de pierres couvertes de prières de compassion et sculptées durant les mois morts de l’hiver) à la croisée de chemins, au passage de cols, et autour des Gompas,
  • des Mani Korlo (moulins à prières mus par la force de l’eau d’un ruisseau détourné ou pas) dans les ruisseaux et petites chutes d’eau.

Répartition professionnelle

Par le passé, les Tamang n’avaient pas le droit de s’engager dans l’armée népalaise. Un décret royal stipulait même qu’un Tamang ne pouvait prétendre à autre emploi que celui de palefrenier !

Quelle put en être la cause ? Trahison ? Crainte ? Haine ancestrale ?

Ils se rabattirent sur l’agriculture, le portage, l’extraction des produits forestiers, la confection d’objets utilitaires en bambou, et aujourd’hui la peinture de Thangkas, ainsi que la confection des tapis tibétains et du papier népalais. Un grand nombre des chauffeurs de rickshaw et de taxis de la Vallée de Katmandou est Tamang.

Restrictions générales, alimentaires, religieuses, etc …

Les Tamang n'ont que faire des tabous hindous liés à la vache, au porc ou au poulet.

Les Héros Tamang

En 1973, l’un d’entre eux devint le 1er népalais non-Sherpa a gravir l’Everest.